mardi 5 novembre 2013

c'est vraiment une journée à dormir debout !

HIP HIP HIP HIPPO A TOUS LES POULAINS ET LES POULETTES !

- T'as vu, poulette ?
- J'ai vu, mon coquin...
Et entendu, aussi.
Allez, on vous dit tout tout de suite.
Une journée à dormir debout
Tindin ! Il suffit de cliquer sur la ligne du dessus
ou bien sur le décor très glaglaglaglacé
pour rentrer dans la télévision, youpi !

http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-la-selection-du----11648.asp?1=1#

Alors, ben, autant dire
que ça fait très plaisir, ça oui !
- Euh... Poulette, poulette, eh ! poulette ?
- Quoi ?
- Tu ne trouves pas ce décor un peu trop vide ?
- La banquise ? Mais non, mon coquin !
Qui donc irait se geler les fesses là-bas ?
- Je sais pas, moi...
Un ours, par exemple.
- Ah ! Tu veux parler de l'Ours ? Celui qui...
- Exact ! Lui.
- Tiens mon coquin, regarde, il est là ton ours...


Entre nous, je n'aimerais pas
être à la place du putois,
et encore moins à celle du nasique.
Ils ne vont pas tarder à recevoir
un coup de pied bien placé.
- Et il les envoie où, tu le sais, toi ?
- Evidemment que je le sais !
Mais j'ai pas le droit de le dire.
Secret défense.
- Pfff, c'est pas juste,
moi on me cache toujours tout.
On me dit rien, sauf :
"tu fais l'ours qui envoie valser le canard"
et voilà, c'est tout.
- Tu ne vas tout de même pas
nous faire du boudin
comme l'éléphant ?!!!!!!


- Et pourquoi pas !
- Pffff.
Mes amis, mes poussins, quel tintouin !
Il semblerait que papy poulet
fasse son éléphant. Ou son ours...
- Ah non, pas l'ours ! Jamais, poulette.
- Pôpôpô.
- Je suis pas gentil ?
Regardez un peu comme je travaille...

  

- T'es le roi des rennes, mon coquin !
- Arrête, je vais rougir.
Mais, euh... tu peux me mettre en grand,
et fini tout beau tout peint,
s'te plaît, poulette ?
- Eh ! c'est pas encore Noël...
- Allez, c'est comme si,
j'ai tout de même dessiné
des tas de cadeaux !
- Bon, d'accord. Allez !


 Cette fameuse journée à dormir debout,
ce ne serait pas Noël ?
Encore une question à dormir sur pied !
Bises qui font tenir éveillé longtemps
longtemps, les orangs-outans !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire